Cette nuit-là…

Ceux qui ne l’ont jamais ressenti prendront ça pour de la poésie.
Ce bouillonnement qui cogne autant qu’il apaise.
Cette flamme qui déchire le centre du corps autant qu’elle incite à la faire brûler encore davantage.
Cette eau sacrée qui désaltère autant qu’elle assoiffe.
Ce feu intérieur qui s’alimente de mots saints, lointaines traces de ces états puisés à la source d’où jaillit cette lumière qui ensemence cette terre invisible où poussent ces fruits mûrs, sucrés, succulents.
Ces cadeaux à partager avec qui saura les reconnaître et les savourer à leur juste valeur.
Cette connexion qui défie les lois de la gravité et dissipe les pires inquiétudes en un claquement de dou’aas.
Cette nostalgie du pays qu’on a quitté juste avant d’arriver pour la toute première fois dans notre pays natal.
Ce profond silence qui efface ce que le mal a dit.
Ce plein avant le vide…
Ce manque une fois passés ces instants privilégiés, comme ceux qui les ont vécus.
Ces instants marquants, déjà si lointains et pourtant si récents.
Ces mets sages…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s